Autisme, cerveau, gênes, environnement etc.

Autisme, cerveau, gênes, environnement etc.

 

          Il y a toujours une forme de pensée magique autour de l’autisme. Pendant longtemps l’autisme a été une fatalité, dont la cause était les parents. Si le fils était autiste, c’est qu’il avait une mauvaise mère [1]. Et comme l’on ne change pas sa maman, il n’y avait rien à faire.

           Récemment la génétique a remplacé la mauvaise mère. L’autisme était une histoire de gènes dégénérés. Là encore, c’était sans issue puisque l’espoir ne pouvait venir que d’une hypothétique recherche sur la génétique. On a donc remis les autistes entre les mains des psychiatres et des psychologues et relégué cette maladie au rang des maux incurables, tout en promettant (les promesses n’engagent que ceux qui y croient) que la recherche en génétique résoudrait bientôt le problème.

 

Des chiffres inquiétants…
           L’évolution des chiffres aurait dû faire douter les tenants de l’hypothèse génétique. En effet, à moins qu’il n’y ait eu en deux générations une mutation génétique invraisemblable, l’explosion de cas d’autisme à laquelle nous devons faire face ne saurait s’expliquer ainsi. L’amélioration du diagnostic et du dépistage n’expliquent pas non plus l’évolution actuelle : d’abord parce qu’elle est exponentielle ; ensuite parce qu’elle s’est confirmée dans les dernières années et qu’on ne peut pas dire qu’il y ait eu une différence majeure dans les méthodes de dépistage entre 2010 et 2016 !

           Certains estiment que l’autisme est passé d’une incidence de 1/3000 à 1/150 en 50 ans en Amérique du Nord [2]. Si les chiffres officiels ne sont pas si élevés, ils restent préoccupants : en 10 ans, aux Etats-Unis, on est passé d’une incidence de 1 sur 150 en 2000 à 1 sur 68 en 2010 [3] et 1 sur 50 en 2014, soit une multiplication des cas par trois ! Tous les pays industrialisés ont connu une évolution similaire, la Corée du sud ayant la palme : dans une étude de 2011, les chercheurs y signalaient une prévalence de 1 enfant sur 38 [4].  A ce rythme, le Docteur Olivier Soulier, qui organise sur le sujet un événement à Paris les 30 et 31 Janvier 2016 (http://www.congressortirdelautisme.com/), craignait lors du congrès IPSN (3 et 4 octobre 2015), que nous risquions si rien n’était fait dans les 30 prochaines années, de voir un enfant sur 2 atteint d’autisme…

 

Vers une nouvelle approche de l’autisme
          Les scientifiques se sont tournés vers les neurologues pour qu’ils expliquent l’autisme et qu’on trouve des solutions à cette maladie. Leurs études n’ont pas donné de grands résultats sur le plan de la génétique. En revanche, elles ont permis grâce à l’imagerie cérébrale de montrer que l’activité chimique du cerveau était altérée chez les autistes. Devant toutes ces données accumulées, certains scientifiques ont émis une nouvelle hypothèse : l’autisme ne serait pas une maladie psychiatrique ayant des conséquences sur le corps, mais une maladie physique ayant une incidence sur le cerveau. La définition de l’OMS, pour qui l’autisme est un trouble envahissant du développement qui affecte les fonctions cérébrales est à mi-chemin entre ces deux conceptions.

           Le Dr Martha Hebert, issue de l’école médicale de Harvard, est depuis plusieurs décennies considérée comme la pionnière de la nouvelle théorie. Elle estime que l’autisme, bien que lié à des facteurs génétiques, est lié à d’autres facteurs, notamment la biologie. C’est une maladie du corps et non du cerveau. Cette réflexion est née de l’observation des effets dits « secondaires » qui se manifestent de manière répétée chez les autistes : tous ont des troubles de l'appétit ou des problèmes digestifs. Par ailleurs les enfants autistes se portent mieux quand ils ont de la fièvre ce qui est une réaction typiquement biologique. Ainsi, cette maladie affecterait la chimie du cerveau. Comme lorsque l'on a trop bu : le cerveau ne fonctionne plus aussi bien mais on garde bon espoir de retrouver toutes ces fonctions le lendemain.

           Après avoir passé en revue l’essentiel de la littérature scientifique sur le sujet, ses conclusions sont que :

    # L’origine est essentiellement biologique. Par exemple une étude effectuée sur des jumeaux dont l’un est autiste, montre que le deuxième est également autiste dans 60% des cas s’il s’est développé dans le même placenta. Mais s’il y avait deux poches, le deuxième jumeau n’est autiste que dans 11% des cas.

    # L’autisme ne « casse » pas le cerveau mais le « bloque ». Si l’on trouve un moyen de « débloquer » le cerveau, on parvient à des résultats spectaculaires.

   #  L’autisme est causé par différents co-facteurs environnementaux et médicaux : pollution de l'air, pesticides, retardateurs de flammes, un terrain fragile,  bas niveaux de vitamines, antibactériens dans les savons et métaux lourds.

    # Aux facteurs environnementaux s’ajoutent des facteurs médicaux : obésité, hypertension ou diabète maternels, infection pendant la grossesse, maladie auto-immune et antibiotiques.

    # Ces co-facteurs affectent le système immunitaire, les hormones, le sommeil, et d’autres fonctions créant un deficit de communication entre les systèmes du corps humain et une frustration chez l’enfant. C’est un cercle vicieux.

    En travaillant sur ces co-facteurs on peut obtenir des résultats remarquables.

 

           La perspective ouverte par le Dr Martha Herbert s’est trouvée confirmée par les travaux du Professeur Luc Montagnier. Son hypothèse est que de nombreuses maladies chroniques, dont l’autisme, sont d’origine bactérienne ou virale. Il a montré que certains ADN de virus ou de bactéries émettent des ondes électromagnétiques.  Ces ondes nous permettent de savoir chez un patient s’il est gêné par des agents pathogènes. Et c’est exactement ce que l’on observe chez les autistes : leur plasma sanguin émet des ondes, qui correspondent à celles de bactéries.

           Cela explique pourquoi, chez 50% des autistes, les traitements antibactériens donnent des résultats satisfaisants.

 

Le petit canari
           Le chercheur danois Olav Albert Christophersen a publié en 2012 [5] un article intitulé : “Doit-on considérer l’autisme comme un canari en train d’alerter l’homo sapiens qu’il court à sa perte ?” [6]
(les canaris dans les mines étaient chargés d’alerter en cas de risque de coup de grisou, d’explosion mortelle)
           Il développe une thèse proche de celle de Martha Herbert. Il explique que l’autisme regroupe un ensemble de maladies dont les symptômes se recoupent. Pour lui, les mutations rapides de l’environnement liées aux révolutions industrielles ont une incidence directe sur les organismes vivants dont les humains. Les polluants en tout genre ont une incidence sur l’ADN humain et le font muter. Les autistes ne seraient en réalité que les premières victimes d’une tendance de fond qui finira par s’étendre à l’ensemble de l’humanité.

           L’inquiétude des scientifiques par rapport à l’environnement et la santé n’est pas nouvelle. Dans les années 2000 déjà un rapport de l’ONU, réunissant les avis de 1360 chercheurs, estimait qu’au rythme actuel de destruction des écosystèmes, l’humanité n’aurait pas plus de deux générations à vivre.

           Depuis, les alertes se sont multipliées. Nous savons que les substances chimiques injectées massivement dans la nature ont des effets désastreux et durable. Les efforts sont à faire dans de nombreux domaines : agriculture (pesticides, herbicides, OGMs), industrie (peintures, retardeurs de flammes, etc.), cosmétiques, agroalimentaire (additifs, conservateurs, pesticides, etc. Cf l’interview de Gilles-Eric Séralini ici : bâtiment, santé (médicaments, traitements aux hormones etc.) et j’en oublie sûrement. Le chantier, nous le savons, est énorme. Les Chinois dont l’environnement s’est considérablement dégradé ces dernières années commencent à le comprendre.

 

Sortir de l’autisme
En attendant, il est possible de voir le côté positif de ces découvertes. L’origine bactérienne de la maladie et l’importance des facteurs environnementaux indiquent qu’il est possible de travailler sur le terrain du patient atteint d’autisme.

Sans entrer dans le détail d’une méthodologie qu’il conviendra de définir avec un thérapeute spécialisé, on peut retenir quatre grands axes de travail :

    - Renforcer le terrain. L’autisme, c’est d’abord un terrain affaibli, manquant de vitamines, de nutriment et généralement intoxiqué ;

    - Détoxifier le corps. Les études montrent notamment des résultats avec le glutathion. Le glutathion fabriqué par le foie est essentiel pour détoxifier l’organisme. Or, chez les autistes, le niveau de glutathion est nettement plus faible que la normale [7].

 

Un traitement antibactérien.

    Un accompagnement psychologique : dans l’autisme, le patient est soumis à un stress important lié à la frustration qu’il a de ne pas pouvoir communiquer. Les conséquences psychologiques de la maladie méritent donc un traitement approprié.

 

Augustin de Livois
Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

 

Je recommande aussi la lecture du livre du Dr. Campbell "Le Syndrome Entero-Psychologique", qui a sorti son fils de l'autisme en commençant pas soigner son intestin, car nous avons des millions de neurones dans l'intestin et l'autisme est une maladie du cerveau.

BD



Réagir


CAPTCHA