Test de fertilité masculine

Le premier auto-test de fertilité pour les hommes arrive en pharmacie

    C'est une grande première. Un auto-test permettant d'évaluer le nombre de spermatozoïdes dans le sperme de l'homme va être mis en vente dans les pharmacies françaises. L'homme pourra l'utiliser à la maison.

    La nouvelle est assez étonnante mais face au nombre grandissant de couples qui rencontrent des difficultés pour concevoir un enfant, elle devrait séduire de nombreux curieux. Le premier auto-test permettant à l'homme d'évaluer lui-même à la maison sa fertilité est ainsi désormais disponible dans les pharmacies françaises.

Comment ça marche ?

    A partir d'un échantillon de sperme, l'auto-test SpermCheck va indiquer à l'homme en moins de 10 minutes si sa concentration de spermatozoïdes est normale ou faible.Il détecte la présence de la protéine SP10 localisée au niveau des têtes (acrosomes) des spermatozoïdes pour une concentration en spermatozoïdes supérieure à 15 millions de spermatozoïdes par millilitre (taux normal selon l'OMS). Comme un test de grossesse pour la femme, l'homme verra ainsi s'afficher deux traits si le taux est normal ou un seul trait si la concentration est trop faible. Selon son fabricant, le test est "fiable à plus de 98% par rapport à un test de laboratoire". Il est vendu 29 euros, non remboursé par la Sécurité sociale (c'est le même tarif pour un spermogramme réalisé en laboratoire qui est lui remboursé).
Des résultats à prendre avec précaution

    Si l'auto-test SpermCheck est fiable, il ne faut pas oublier que la concentration des spermatozoides dans le sperme n'est pas le seul indicateur des troubles de la fertilité. Chez l'homme, il peut y avoir aussi un manque de mobilité des spermatozoïdes (asthénzoospermie) ou un nombre de spermatozoïdes anormaux trop important (tératozoospermie) que ne dépistera pas le test. Il peut ainsi indiquer une quantité normale ce qui rassurera l'homme alors qu'ils sont en fait immobiles et peuvent donc être à l'origine de la difficulté à concevoir un enfant. Pour le biologiste Patrice Clément, interrogé par Europe 1, "si les couples, qui sont faussement rassurés par ce test, attendent six mois, voire un an, ça sera une catastrophe. Et il y aura une perte de chances." A l'inverse, le test peut indiquer une concentration faible mais ne pas dire que les spermatozoides sont très mobiles et qu'une grossesse est donc possible.
Quand consulter un médecin ?

    Un couple qui ne parvient pas à concevoir un enfant au bout de deux ans de rapports sexuels réguliers (au moins deux fois par semaine) en l’absence de contraception doit tout d’abord consulter un médecin (généraliste ou gynécologue). Le délai de cette première consultation peut être ramené à 1 an si la femme a plus de 35 ans.



Réagir


CAPTCHA