Toutes les lettres ouvertes de Hélène DELAFAURIE se trouvent en bas de la page

 

Nous vivons dans un monde toxique

 

       Les résultats du style de vie qui a émergé après la deuxième guerre mondiale sont maintenant visibles:
     - Les cancers, tous confondus, des adultes ont été multipliés par 2 ces 25 dernières années;
     - Les cancers ne sont plus dus à la vieillesse mais frappent les enfants de plus en plus jeunes et les unités de pédo-oncologie créées dans les hôpitaux sont saturées
     - Multiplication des maladies «émergentes» ou «de civilisation» dont on ne sait pas d’où elles viennent ni comment les soigner: scléroses en plaque, fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, maladie de Parkinson et d’Alzheimer qui ne sont plus des maladies de personnes âges mais peuvent frapper à 30 ans, ...
     - Les allergies se multiplient, le diabète et les maladies cardio-vasculaires également;
Les enfants ont de plus en plus de mal à suivre un cursus éducatif sans difficultés - les dys*** abondent - quand ils ne sont pas autistes.

 

          Par contre on constate que les tribus des derniers «chasseurs-cueilleurs» n’ont ni surpoids, ni hypertension artérielle, ni diabètes, l’AVC y est inconnu, de même que l’ostéoporose et les maladies auto-immunes. Jusqu’à 45 ans ils meurent d’accidents et ensuite leurs vieillards décèdent entre 60 et 95 ans de vieillesse, sans arthrose, sans cancers, sans infarctus.


La preuve que c’est notre environnement, notre style de vie qui cause nos maladies.

 

          Mais nous ne pouvons pas vivre comme au paléolithique. Il faut donc apprendre à vivre dans notre société moderne sans en subir les conséquences dramatiques pour notre santé.

 

          Informer sur les produits toxiques qui nous entourent, dire où ils se cachent, comment les débusquer, dénoncer quelles sont les mauvaises habitudes de notre mode de vie et comment y remédier, donner des solutions, tel est le but de notre association.


          Vous y trouverez de nombreux articles ou dossiers d’information écrits le plus souvent par des médecins éminents qui tirent les sonnettes d’alarme, ainsi que les solutions que nous avons pu découvrir pour y remédier ou en limiter les risques.

 

         

Montez dans notre arche de santé et voyagez dans nos pages!

 

 

La vidéo d'Hélène est en ligne sous l'onglet "vidéos"



Ajouté le 12/02/2018 par Hélène Delafaurie - 0 réaction - Info

Lettre ouverte à Isabelle Adjani

 

Mademoiselle,

 

                Vous avez été la seule mère célèbre à monter au créneau concernant ces 11 vaccins que le gouvernement veut imposer aux jeunes parents. Ce sont les personnes célèbres comme vous qui peuvent faire entendre la voix des autres. Je vous remercie et vous admire de le faire.
                 Mais déjà les seringues s’apprêtent et le risque pour les enfants augmente.
Je me propose de tester ces vaccins et de me les faire injecter en proportion de mon poids (63Kg), de mon âge (70 ans) et du fait que je suis une vieille dure à cuire.


                 Mais ma démarche, risquée il faut bien l’avouer, n’aura de valeur que si ma petite voix est entendue. Accepteriez vous de la relayer?


                Je ne suis pas une folle suicidaire, mais s’il faut une vie (j’ai bien vécu !) pour en sauver des milliers, pourquoi pas.

                 Acceptez-vous de m’épauler dans ce projet ? Il est risqué, certes, mais j’espère arriver à prendre toutes les précautions pour me récupérer par les cheveux si cela tourne mal, pour que cela ne tourne pas… définitivement mal !

 

                 J’espère que le Professeur Joyeux, et le docteurs Gherardi et Bodin voudront bien me suivre dans mon projet. Car visiblement le poids des mots, des pétitions et de vidéos n’est pas suffisant pour faire reculer cette obligation vaccinale, peut-être que le poids d’une vie le fera.

 

                  En espérant que vous voudrez bien me répondre, je vous prie de croire, Mademoiselle, à l’expression de toute mon admiration.


Hélène Delafaurie
h.delafaurie@gmail.com
medecines-bizarres.space-blog.net



Ajouté le 09/02/2018 par Hélène Delafaurie - 0 réaction - Info

Lettre ouverte au professeur H. Joyeux, au Professeur Gherardi, au Dr. Luc Bodin , etc.

 

Monsieur le Professeur / Docteur,

 

               Vous avez milité pour informer sur les risques d’une vaccination intensive à un si jeune âge. j’ai relayé autant que j’ai pu vos lettres, résultats d’études, vidéos, conférences.
               Vous n’avez pas hésité à risquer la radiation de l’Ordre des Médecins, ou même à être traîné en justice, parce que vous pensiez qu’il était de votre devoir d’informer sur les risques encourus par les enfants.
               Mais il semblerait que les mots et les pétitions n’aient pas suffisamment de poids et que nos hommes politiques s’en tamponnent le coquillart avec le pinceau de l’indifférence, comme aurait dit mon père.
               Moi, on ne peut pas me radier d’un Ordre quelconque, et si on me traînait en justice pour ce que je me propose de faire, ce serait tout à fait bien, la preuve que parler des vaccins est tabou.

 

                Je veux servir de cobaye humain et me faire injecter ces 11 vaccins, et on verra bien ce qu’il adviendra de ma belle santé… ou même de ma vie, et que celle-ci aura un peu plus de poids. Naturellement ces vaccins seraient injectés en doses proportionnelles à mon poids et à ma résistance, pour que le test soit comparable, c’est-à-dire 200 fois celle d’un nourrisson si on se base sur la nocivité de l'aluminium.
               J’ai 70 ans, j’ai bien vécu, suis en parfaite santé et si je suis bien suivie, je peux peut-être en réchapper. Car je ne suis pas du tout suicidaire.
                Mais si une vieille dame sans avenir se retrouve en fauteuil roulant bavotante et que cela évite à des milliers de bébés, l’avenir de la population, d’avoir des problèmes, cela ne sera pas cher payer.


               Cela devrait quand même interpeler les foules et les hommes politiques, et relancer un débat qui a tendance à s’enliser.. Les premières injections ont déjà dues être faites sur les bébés cobayes nés depuis le 1er Janvier 2018. Il n’y a pas de temps à perdre.


               J’ai proposé aussi à Mmr. Buzyn, aux députés et sénateurs qui ont voté cette loi de se joindre à moi. Il sera intéressant de voir leur réponse à cette proposition. Pourquoi diraient-ils « non » puisque tous ces vaccins et leurs adjuvants sont « bons pour la santé ».

 

               Comme je ne suis pas suicidaire, j’aimerais bien que vous puissiez, soit m’injecter les 200 doses de chaque vaccin et leurs rappels, soit me suivre et me conseiller ou conseiller mon médecin traitant sur le suivi à faire. Ce serait un honneur pour moi.

 

               Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Monsieur le Professeur / Docteur, à l’expression de mon profond respect.

 

Hélène Delafaurie
h.delafaurie@gmail.com
medecines-bizarres.space-blog.net

 



Ajouté le 09/02/2018 par Hélène Delafaurie - 0 réaction - Info

LETTRE OUVERTE AUX PARENTS OU FUTURS PARENTS DONT LES ENFANTS DEVRONT RECEVOIR LES 11 VACCINS PREVUS PAR LA LOI SOUS PEINE DE REFUS DE SCOLARISATION DES ENFANTS

 

Madame, Monsieur,

 

    Je ne suis qu’une vieille dame de 70 ans qui milite pour la libre décision des patients en ce qui concerne la santé, ce que l’actuelle loi vous refuse.
    Je suppose que vous êtes inquiets en ce qui concerne ces 11 vaccins que l’on veut imposer à vos enfants - ce qui représente en fait plus de 20 injections; certains vaccins en nécessitant 3.
    Il y a les « pour », il y a les « contre » et vous ne savez peut-être rien ou peu sur ces fameux adjuvants tant critiqués, ni sur les effets secondaires auxquels on peut s’attendre, dans de rares cas, mais toujours trop nombreux quand ce rare cas s’invite dans votre famille.
    Madame Buzyn ainsi que les laboratoires fabricants disent que ces vaccins + adjuvants sont sans danger pour les nourrissons entre 2 et 18 mois, qu’il n’y a aucun lien entre myofasciite à macrophage et aluminium (adjuvant retiré des vaccins pour les animaux car ayant provoqué trop d’effets secondaires graves), ou entre sclérose en plaque et vaccin contre l’Hépatite B.     Je me propose donc, pour faire toute la lumière sur les dangers, ou non, de ces vaccins, de me les faire inoculer en quantité proportionnelle à mon poids pour rester dans le domaine du comparable: 1 vaccin pour un nourrisson de 3 à 6 Kg = 20 doses pour une femme de 60 Kg bien plus résistante qu’un enfant qui vient de naître.

 

    Cela permettra de faire le point sur les adjuvants suivants:
- Aluminium : neurotoxique. Dose qui va m’être injectée : 20 x 650 microgrammes par vaccin nourrisson = 13 000 microgrammes. Dose toxique : 60 microgramme par litre de sang. J’ai environ 5 l de sang —> dose toxique: 300 microgrammes. Je vais donc recevoir plus de 4 fois la dose toxique. Mais pour un nourrisson qui n’a que 250ml de sang dans son petit corps, cela représente 43 fois la dose toxique.Et cela c’est pour 1 seul vaccin, d’autres en contiennent aussi. Donc en ce qui concerne l’aluminium, j’opte pour la dose toxique que reçoit un nourrisson soit 43 fois la dose toxique adulte.
- sel de mercure : interdit mais il en reste quand même des traces dans les vaccins. Dr. Haley, université du Kentucky : « Si vous injectez ce produit (le thiomersal des vaccins) à un animal, son cerveau est touché. Si vous l’appliquez sur un tissu vivant, la cellule meurt. Si vous l’introduisez dans une éprouvette, la culture est détruite. Sachant cela, il est impossible de croire que l’on peut l’injecter dans un corps de bébé sans causer de dommages ».
- Formaldéhyde c.-à-d. du formol, classé comme cancérogène avéré chez l’homme
Sérum de veau fœtal : il y en a dans les vaccins alors que depuis la vache folle il est strictement interdit dans les médicaments parce que pouvant provoquer la maladie de Creutzfeldt-Jakob qui s’attaque au système nerveux et à la moelle épinière. Alors pourquoi n’est-il pas interdit dans les vaccins ?
Glutamate : voir cette vidéo: la vérité sur le glutamate monosodique : https://www.dailymotion.com/video/xoyjw6 (sélectionner la vidéo) A pour effet de tripler la quantité d’insuline que secrète le pancréas et donc, à plus ou moins brève échéance, de provoquer le diabète.
Virus vivant cultivé sur des cellules d’embryons de poulets (possibilité de transmission du virus de leucémie aviaire).
Le vaccin contre la rougeole : a été supprimé en Grande Bretagne en 1992 suite à de nombreux cas de méningites, surdité, paralysie et troubles de la vision.
 "Nous avons baissé la garde" et "oublié ce qu'étaient ces maladies qui ressurgissent, telle la rougeole qui a fait une dizaine de morts ces quatre dernières années ». Mme Buzyn
cad 2,3 morts par an. Il y a eu une année exceptionnelle durant laquelle il y a eu 5 morts, 4 vaccinés et une petite fille non vaccinée. On n’a parlé que d’elle. Elle n’avait pas été vaccinée car son frère avait fini aux urgences dans un état très grave juste après sa vaccination ROR. Dr. Mendelsohn : « Depuis 30 ans qu’on vaccine aux USA contre la rougeole, les épidémies n’ont pas baissé, touchant dans 10% des cas des adultes de plus de 20 ans avec des formes d’autant plus graves, et la mortalité par rougeole a été multipliée par 25 depuis ces campagnes vaccinales ».
    77% des cas de rougeole apparaissent chez des sujets vaccinés. « L’échec d’une vaccination préscolaire se traduit donc par une transformation paradoxale de la rougeole en maladie des vaccinés » (cf. Arch.Int.Med. 1994). D’après les statistiques du VAERS (organisme américain qui gère les accidents post-vaccinaux. Tiens, je croyais qu’il n’y en avait pas) en 10 ans: morts par rougeole : 0; morts par vaccination rougeole : 108. Voir Ici http://initiativecitoyenne.be/article-rougeole-aux-usa-aucun-deces-depuis-10-ans-mais-une-centaine-de-morts-associes-au-vaccin-125493579.html
Albumine humaine placentaire ou recombinante,
Phénoxyéthanol que vous connaissez peut-être mieux sous le nom de éther de glycol : atteintes du système nerveux central, difficultés de concentration, vertiges, troubles de la mémoire.
Etc.

    Sans compter les 27 nano-métaux lourds présents dans les vaccins selon l’étude des docteurs Antonietta M. Gatti et Stefano Montanari pour le Conseil national de recherche d’Italie et publiée dans l’International Journal of Vaccines and Vaccination le 23 janvier 2017. Les deux chercheurs ont analysé 44 types de vaccins venant de France et d’Italie.

 

    N’étant pas suicidaire mais sachant à quoi m’attendre, je souhaiterais que ces injections me soient faites par le professeur Joyeux, le Docteur Luc Bodin et le professeur Romain Gherardi, qui savent tous à quoi je m’expose et comment enrayer ces effet secondaires avant que je ne passe l’arme à gauche. Si des médecins provaccination à outrance et assurant que les adjuvants de ces vaccins sont sans dangers veulent se joindre à moi pour le test, j’en serais ravie. Je suis en parfaite santé depuis plus de 20 ans, donc toute modification de mon état ne pourra qu’être attribuée aux injections et il sera impossible de répondre que le lien de causalité n’est pas prouvé comme les labos et la justice le font généralement.

 

    Ce serait aussi merveilleux si la Ministre de la Santé, Mme Buzyn acceptait de subir les mêmes injections ainsi que les 63 députés et sénateurs qui ont voté cette loi. Je ne vois pas pourquoi ils refuseraient d’ailleurs puisqu’ils sont intimement convaincus que tous ces produits sont sans dangers. Le test sera ainsi plus valable que sur une seule personne.

 

    Oui, c’est de l’expérimentation humaine mais je suis consentante et sais à quoi m’attendre contrairement aux pauvres cobayes humains que les labos ne se privent pas d’utiliser aux Indes. Ce serait bien que pour cette expérimentation, les fabricants de vaccins me donnent les doses - des vraies non remplacées par de l’eau distillée -  gratuitement car il est évident que je ne rentre pas dans le cadre du remboursement par la Sécurité Sociale et que 200 doses de vaccins coûtant entre 15 et 60€, cela représente un certain budget..

 

    Si vous pensez que cette expérience répondra à toutes vos questions de parents inquiets, dans un sens comme dans l’autre, mon but sera atteint.     N’hésitez pas à faire circuler cette lettre pour me soutenir dans ma démarche.

 

Bien amicalement

 

Hélène Delafaurie
h.delafaurie@gmail.com
medecines-bizarres.space-blog.net

 

PS: La sanction pénale spécifique sur les vaccins qui prévoyait jusqu'à six mois de prison et 3.750 euros d'amende a été abrogée. Bravo!! ?? Oui mais toutefois, il reste une autre sanction applicable liée “à l’obligation de protection des enfants” par laquelle des parents pourraient être punis de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

La répression aura bien lieu aussi à l’égard des médecins. Ceux qui établissent des faux seront systématiquement recherchés et envoyés devant le Conseil de l’ordre. Ceux qui doutent et oseront le dire seront blâmés.

Les propos des médecins seront scrutés et corrigés si nécessaires. Leurs prescriptions seront davantage surveillées. Plus que jamais, ils seront mis sous la tutelle de l’administration.

À quoi sert-il que la société, c’est-à-dire vos impôts, vos charges, paye 10 ans d’études aux médecins, si c’est pour qu’ils n’aient pas le droit de réfléchir, de douter, d’évoluer ?



Ajouté le 09/02/2018 par Hélène Delafaurie - 0 réaction - Info

Lettre ouverte à Madame la Ministre de la santé

 

Madame la Ministre,

 

          Vous avez fait voter récemment une loi pour porter de 3 à 11 le nombre de vaccins obligatoires pour les bébés de 2 à 18 mois.
          Vous avez soutenu, la main sur le coeur et le sourire en bandoulière, que tous ces adjuvants ne sont en rien toxiques et que les bébés ne risquaient rien.
          Vous avez balayé d’un geste large toutes les études indépendantes prouvant le contraire.


          Alors pour mettre fin à cette polémique, je me propose de me faire injecter ces 11 vaccins et leurs rappels en quantité calculée par rapport à mon poids et au fait que je suis une vieille dame costaud et non un nourrisson sans système immunitaire, c’est-à-dire  20 doses nourrisson pour chaque vaccin.

 

          Je vous propose de m’accompagner dans ce test ainsi que tous les député et sénateurs qui ont voté cette loi, ainsi que les médecins qui soutiennent votre position sur ces vaccins. En effet, vous et eux oeuvrez pour le bien public et votre réponse ne peut être qu’un « OUI » franc et massif qui redonnera confiance aux Français. Je vous demanderais de bien vouloir leur faire suivre ma proposition car je n’ai pas leurs noms et adresses. Si « NON », le doute ne peut que subsister quant à la véracité de vos allégations.

 

          Dans l’attente de votre réponse, veuillez croire, Madame la Ministre, à l’expression de mon profond respect.

 

Hélène Delafaurie

helenedelafaurie@gmail.com



Ajouté le 09/02/2018 par Hélène Delafaurie - 0 réaction - Info

1 2 3   Page suivante